Smart City : La ville de demain qui se construit aujourd'hui

Etant donné que nous travaillons actuellement sur un projet qui traite de ce sujet, je me suis dit que ce serait une bonne idée de parler un peu de la Smart-city. Vous en avez surement déjà entendu parler, ces villes futuristes ou tout est automatisé et ou les robots se baladent dans les rues en faisant la loi comme dans les films de science-fiction. Mais qu’en est-il concrètement de ce rêve un peu fou né dans la tête des réalisateurs ?

...
Maëla PIETRI
Partager:
  • ...
  • ...

La Smart-City, Qu’est-ce que c’est ?

smart-4168483_1920.jpg

La Smart-city ou “Ville-intelligente” est une ville automatisée à l’aide des nouvelles technologies, du Cloud, de la domotique, du développement informatique et de la robotique dont le but est d’améliorer au maximum la qualité de vie de ses habitants tout en respectant des contraintes écologiques et économiques.

Vous l’aurez compris, la Smart-city est un peu la réponse miracle à bon nombre de nos problèmes actuels. En effet, selon un rapport de l’ONU datant de 2018, 55% de la population mondiale vit dans des agglomérations urbaines et ce chiffre devrait passer à 68% d’ici 2050 soit environ 2,5 milliard de personnes en plus d’ici 30 ans.

Les villes occupent 2% de la surface terrestre et produisent 80% des émissions de Gaz à effet de serre. Il s’agit d’un véritable désastre écologique qui tend à s'aggraver dans les années à venir si l’on ne trouve pas de solution rapidement.

C’est là qu’interviennent les Smart-cities. En plus de faciliter considérablement la vie de leurs citoyens, elles ont pour enjeux de réduire notre impact énergétique sur la planète.

Comment ça marche ?

smart-4175713_1920.png

La clé de l’optimisation de la qualité de vie d’une Smart-city, c’est l’étude précise du fonctionnement global de la ville. Afin d’améliorer toujours plus le fonctionnement de ces lieux, il est nécessaire de poser des capteurs pour analyser fidèlement toutes les données fournies par la ville et autoriser une prise de décision efficace. Ainsi, grâce à une gouvernance intelligente, les technologies seront utilisées à bon escient pour modifier ce qui doit l’être et perfectionner ce qui peut l’être. Pour donner quelques exemples, il est possible grâce à des capteurs et une application mobile d’analyser le taux de pollution dans l’air, d’étudier les déplacements des habitants pour améliorer le trafic ou encore de programmer une machine pour qu’elle analyse la qualité de l’eau.

Grâce à un concentré de technologies mécaniques, électroniques et informatiques qui automatisent tout : infrastructures publiques, transports (voitures autonomes, transports en communs automatisés) réseaux (eau, électricité, gaz, télécom.), administration et services digitalisés, les villes de demain deviennent de véritables bijoux de technologies auto-suffisantes et performantes.

Plus encore, les villes intelligentes ont pour enjeux de réduire au maximum leur production de déchets et leur empreinte énergétique, en effet, le concept “smart-city” est étroitement lié à celui du “développement durable”.
Pour ce faire, les promoteurs imaginent toujours plus de solutions écologiques : énergies vertes, technologies basse consommation d’énergies, végétalisation urbaine, recyclage etc.

La réussite d’une Smart-city dépends également de la manière dont elle a été construite. Certaines formes de bâtiments sont idéales pour gagner de l’espace, économiser en énergies et allier design et efficacité.

En résumé, une Smart-city optimale dépends d’un savant mélange de technologies, de décisions réfléchies, d’architecture, de durabilité et bien sûr, du savoir vivre de ses habitants qui joueront un grand rôle dans la réussite économique et écologique de leur société.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le concept de Smart-city s’est rapidement développé à travers le monde, aidé par les enjeux démographiques, écologiques et par les avancées technologiques. Chaque ville a sa propre manière de s’identifier à ce mouvement. L’une des plus avancées à ce jour est sans doute la ville de Songdo en Corée du Sud : Ce projet lancé en 2003 à la suite d’un partenariat public-privé avait pour objectif de devenir un véritable centre névralgique de l’économie Asiatique mais les résultats se font attendre. A cause de sa distance trop importante de la capitale, Songdo peine à attirer de grosses entreprises étrangères et à rentabiliser ses coûts astronomiques de construction, elle attire finalement les couples aisés grâce à la bonne réputation de ses établissements scolaires, les stars et les personnalités en quête de quiétude. Grâce aux coûts élevés de l’immobilier et aux 500 caméras de surveillance qui surveillent la ville, le niveau de vie dans ces quartiers est plutôt haut et elle ne souffre ni de précarité ni de criminalité. Cependant, il s’agit d’une ville fantôme ou les activités se font rares. Au niveau écologique, Songdo a été bâtis sur un littoral autrefois connu pour sa richesse ornithologique et ne contient plus aujourd’hui que 32% de surfaces vertes. 76% des déchets seraient retraités grâce à un système de collecte centralisé et les réseaux automatisés permettent une gestion économique de l’énergie électrique. Malheureusement, cette énergie vient des usines à charbon situées à l'extérieur de la ville ce qui est à la fois un mauvais point pour la qualité de vie des habitants qui se plaignent des odeurs émanant de ces usines, mais également d’un point de vue environnemental car le charbon est une énergie fossile. Le projet Songdo est donc encore loin de la smart-city optimale décrite précédemment dans cet article.

D’autres projets moins ambitieux portent cependant leur fruits. De nombreuses villes préexistantes se sont lancées sur la voie de la Smart-city partout dans le monde en automatisant leurs systèmes de transports, en limitant leur impact écologique par des innovations ou bien en favorisant le développement de Start-up qui seront peut-être à terme, acteurs de la transformation de nos villes en Smart-cities. C’est le cas par exemple de la métropole Nice Côte d’Azur, désignée en 2017 comme “ville ambassadrice de l’innovation en Europe” au cours du Web Summit de Lisbonne. Sa proximité avec la technopole de Sophia Antipolis, berceau des nouvelles technologies et de l’informatique n’y est pas étrangère. En effet, la région attire les ingénieurs, les chercheurs et les développeurs à la tête des nombreux projets qui font de Nice, une smart-city en devenir.

Sources :

le monde - Songdo - gettho des riches

journal du net - Smart city

Opendatasoft

Smartgrids

meetinnice

cnil

...
Maëla PIETRI
Partager:
  • ...
  • ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies